Portefeuille

RETOUR

SCIENCES ET GÉNIE

Nouvelle structure de robot collaboratif

La robotisation est apparue il y a quelques années dans le domaine manufacturier. Toutefois, les visionnaires prévoient déjà la prochaine révolution qui passera par les robots collaboratifs, aussi appelés cobots. Cette révolution représente un grand changement dans le marché de la robotique, où l'homme et la machine se réconcilient et trouvent des moyens de travailler ensemble pour améliorer les moyens et l'efficacité de la production.

Le robot du Professeur Gosselin intègre une architecture unique en son genre pour des applications de robotique collaborative. Cette nouvelle conception compacte, adaptable et facile d’utilisation maximise la vitesse d’exécution de tâches en toute sécurité. Ce cobot se distingue par sa capacité à déplacer des charges lourdes que les robots traditionnels ne peuvent pas porter, en plus de résoudre des problématiques liées aux limitations de vitesse.

Avantages

La technologie de l’équipe du Professeur Gosselin permet une réduction des contraintes mécaniques et du délai de réponse lors de la phase d’apprentissage d’une trajectoire du robot. Il y a alors une augmentation de l’espace atteignable par le robot en évitant les positions dans lesquelles il peut se bloquer. Cette architecture rend la collaboration personne-machine simple et conviviale. L’outil demande peu d’effort pour être utilisé et offre la possibilité de porter des charges lourdes, pour lesquelles les robots collaboratifs traditionnels ne sont pas opérationnels. De plus, un préhenseur est intégré au design du robot et ne nécessite aucun actionneur ou aucune connexion supplémentaire.

Robot parallele

Applications

Le cobot vient en aide aux petites et moyennes entreprises qui ont des problèmes de manque de main-d’œuvre et/ou des problèmes de hauts taux de blessures dues aux mouvements répétitifs et à la manutention de charges lourdes. Ce robot répond au besoin de flexibilité des PME qui ne disposent pas des ressources ou compétences nécessaires à l’implantation de robots industriels traditionnels.