Portefeuille

RETOUR

SANTÉ ET SCIENCES DE LA VIE

Marqueur de neutrophiles

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui s’attaque au système nerveux central (cerveau, moelle épinière et nerfs optiques). À l’heure actuelle, les causes de la sclérose en plaques ne sont pas pleinement comprises. Toutefois, pour aider les avancées scientifiques et autres recherches sur la maladie, les chercheurs utilisent en laboratoire un modèle animal de sclérose en plaques, soit l’encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE). Ce modèle a été développé afin de mimer les signes cliniques de la sclérose en plaques.

En 2017, l'équipe de Prof. Vallières a démontré que les neutrophiles, les cellules immunitaires les plus abondantes dans le sang, sécrètent une enzyme appelée ASPRV1 (aspartic peptidase retroviral-like 1), qui favorise la progression de l'EAE.

Les travaux en cours de l’équipe du Prof. Vallières visent à valider l'efficacité et l'utilité d'anticorps monoclonaux anti-ASPRV1 afin de contrôler la progression de l'EAE.

Avantages

Si ces anticorps s'avéraient efficaces, ils seraient humanisés, puis éventuellement évalués/exploités comme les premiers traitements ciblant les neutrophiles qui pourraient stimuler ou freiner les réactions du système immunitaire du corps, donc pour traiter des maladies inflammatoires. Le développement de nouvelles thérapies immunomodulatrices constitue un des grands besoins non satisfaits dans le traitement de la sclérose en plaques.

Marqueur de neutrophiles

Applications

L’utilité d’un anticorps monoclonal contre ASPRV1 est de traiter des maladies immunitaires impliquant le neutrophile, comme la sclérose en plaques, la neuromyélite optique et bien d’autres.

De plus, ces anticorps pourraient devenir des outils moléculaires utiles à la recherche fondamentale comme premiers marqueurs spécifiques de neutrophiles chez l’humain et ainsi permettre de mieux comprendre la fonction d’ASPRV1 dans la sclérose en plaques.

Référence