Transformer l'idée en réalisations
LinkedInTwitter
4 Avril 2018

Femmes de tête chez SOVAR

Après plus de trois années à la présidence du comité d’audit et de ressources humaines de SOVAR, c’est forte d’une solide connaissance de l’organisation, mais aussi des milieux de la recherche et du financement, que Mme Lise Lapierre, FCPA, FCA, ASC, prend la présidence du conseil d’administration.

Comme elle l’indique elle-même : « Chez SOVAR, nous accompagnons le développement de la recherche universitaire afin de créer une richesse collective matérialisée sous forme de nouveaux produits ou de pratiques utiles pour la société. Ce sont donc des défis importants de maturation technologique, mais aussi de commercialisation et de financement que nous devons relever tous les jours à titre de lieu de convergence, mais, surtout de moteur d’innovation pour le Québec ! Comme présidente du conseil d’administration, j’entends m’impliquer activement auprès de la direction et mettre à profit ma solide expérience en financement en capital de risque ».

Pour succéder à Mme Lapierre à la présidence du comité d’audit et de ressources humaines, le conseil d’administration a nommé Mme Marjolaine Giasson, CPA, CA, MBA, laquelle a, depuis les dix dernières années, assuré la gestion financière d’entreprises technologiques innovantes; un atout indéniable pour SOVAR.

Avec une majorité de femmes au conseil d’administration et la nomination de Mme Paule De Blois à titre de PDG de SOVAR en juillet dernier, on peut désormais affirmer que SOVAR est menée par des femmes de têtes, qui apportent une vision renouvelée axée sur des valeurs d’innovation responsable.

Fait intéressant à souligner, trois des quatre commanditaires de SOVAR sont aussi dirigés par des femmes, soit :

– Mme Gertrude Bourdon, PDG du CHU de Québec;
– Mme Nicole Bouchard, rectrice de l’Université du Québec à Chicoutimi; et
– Mme Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval.

Comme l’indique Mme Paule De Blois, PDG de SOVAR : « Alors que seulement 30 % des chercheurs sont des femmes, il s’agit d’une gouvernance féminine que nous tenons à faire valoir et qui, nous l’espérons, incitera d’autres femmes à se positionner adéquatement afin d’accéder à des postes de dirigeantes, et ce, tant dans des domaines scientifiques que dans le milieu des affaires ».